« J’étais faite pour la diététique »

alice le brigant dietNous avons recueilli le témoignage de Alice Le Brigant, diététicienne-nutritionniste libérale depuis 2 ans, actuellement en cabinet à Fontaine-le-Comte. Elle nous dévoile son parcours, ce qu’elle aime faire en dehors du cabinet, tout en nous livrant de précieux conseils !

Bonjour Alice, raconte-nous ton parcours de jeune diététicienne libérale

Bonjour l’équipe. A l’origine, je m’étais inscrite pour préparer le concours infirmier, mais tout ne s’est pas passé comme prévu. J’ai donc décidé de rebondir et d’aller de l’avant pour me tourner vers le BTS diététique, que j’ai intégré juste après (…). Ça a été une révélation, tant pour moi que pour le corps enseignant, qui ne cessait de me répéter que « j’étais faite pour la diététique », que j’y trouverai d’incroyables opportunités, et surtout que la diététique était bien plus adaptée à ma vision des choses.

Ils ne pensaient pas si bien dire, puisqu’une fois diplômée, en 2016, il s’avérait que le CHU dans lequel j’avais réalisé mes stages et dans lequel je souhaitais débuter mon activité, ne proposait pas de création de poste. Le hasard fait bien les choses, puisque j’ai décidé de tenter l’aventure libérale, et peu de temps après cette décision, j’ai trouvé remplacement congé maternité. Je ne pouvais rêver mieux pour commencer, car j’ai énormément appris de celle-ci, qui a joué un rôle de mentor en quelques sortes, ce qui m’a permis de comprendre sa pratique tout en ayant la liberté d’ajouter ma touche personnelle, ma façon de faire.

De fait, à la fin du remplacement, je n’avais plus du tout envie de postuler dans des structures en tant que salariée, je me suis donc lancée à la recherche de locaux à louer dans ma région. C’est ainsi que j’ai intégré un cabinet pluridisciplinaire en 2018 à Fontaine le Comte.

La vie en libéral n’est pas un long fleuve tranquille, n’est-ce pas ?

En effet. Selon moi, le plus compliqué en tant que diététicienne libérale est de vivre avec le stress de ne pas « connaître » l’avenir. C’est d’autant plus vrai quand on voit la période que l’on traverse actuellement (cet article a été réalisé en Avril 2020, en plein confinement lié à l’épidémie du Covid-19), où on subit un arrêt brutal de l’activité. Je dirais donc que de ne pas pouvoir prévoir les fluctuations de l’activité, d’être dans l’incapacité d’anticiper ce point, rend le statut relativement stressant.

A cela, j’ajouterais aussi l’administratif, puisque nous ne sommes pas formées pour gérer ce que j’appelle la paperasse. Il faut apprendre sur le tas, c’est relativement compliqué quand on débute, mais heureusement que ma sœur, qui est comptable, m’apporte un coup de pouce précieux en jetant un œil aux comptes de mon cabinet !

Au contraire, qu’aimes-tu le plus dans la profession de diététicienne libérale ?

L’autonomie, clairement. Le fait de pouvoir organiser mon emploi du temps comme je le veux. Cela me permet de pouvoir prendre beaucoup plus de temps avec les patients, contrairement au milieu hospitalier où on ne dispose que d’un temps limité par patient, et où on se sent beaucoup moins efficace et beaucoup moins proche des patients. A l’inverse, l’activité libérale nous offre la possibilité de créer nos propres documents, d’être disponible entre les séances et soutenir les patients en dehors du cabinet, de nous investir pleinement, et ça n’a pas de prix. On peut voir l’évolution de la situation de chacun, c’est gratifiant.

Sans compter qu’il est conseillé de se former en continu, ce qui est beaucoup plus facile dès lors qu’on est passionnée. J’ai donc suivi une licence sur l’activité physique adaptée pour les seniors en plus du BTS, ce qui me permet de toucher un public plus large, et de proposer des séances de renforcement musculaire pour les seniors, pour prévenir la perte d’autonomie par exemple.

Rejoindre le réseau Visidiet

As-tu vécu une aventure inspirante au cabinet avec l’un de tes patients ?

Je me souviens très bien de mon premier suivi alimentation + activité physique pour une patiente qui avait fait plusieurs AVC, qui venait donc pour perdre du poids mais aussi pour retrouver de l’équilibre, pour se sentir mieux dans son corps. Son histoire était bouleversante, et sa détermination l’était tout autant, elle était radicalement changée à la fin des suivis, c’était une toute autre personne ! C’est tellement beau de voir cette personne changée, et agréable d’avoir pu jouer un rôle dans les changements physiques mais aussi psychologiques cette patiente.

En tant que jeune diététicienne libérale, ce genre de moments est incroyable puisqu’il te donne davantage de confiance, t’aide à avancer et te rassure sur le rôle de l’accompagnement quotidien des patients qui nous consultent au cabinet.

Changeons de registre, que fais-tu à côté du cabinet diététique ?

Un peu d’activité physique, de l’entretien musculaire, de la peinture, et de la musique (du piano). Ces derniers temps je fais surtout de la peinture et de la lecture. Concernant la peinture, j’aime beaucoup l’acrylique et l’aquarelle, je fais d’ailleurs des portraits sur ma page Instagram personnelle.

Après le confinement, quel serait le pays rêvé pour te changer les idées ?

J’aimerais vraiment voyager en Islande, pouvoir voir les aurores boréales, me baigner dans des hotsprings ! Je préfère les pays froids que chauds, j’aime bien l’hiver ! L’aspect nature, mais aussi l’isolement de l’île et les merveilles qu’elle propose, ça serait un rêve !

Pour finir, quels conseils donnerais-tu à une jeune diététicienne qui souhaiterait s’installer ?

Je lui conseillerais de se tourner vers le libéral, par la liberté que cela procure, et je lui dirais que si c’est un rêve pour elle, alors il ne faut pas hésiter.

Un autre conseil qu’on oublie souvent de nous donner quand on a ce type de projet, c’est d’avoir de l’argent de côté, ou des parents qui aident au début, ou même une activité en parallèle pour arrondir les fins de mois, parce que ce n’est pas donné à tout le monde.

Enfin, sans hésiter, je dirais qu’il faut se lancer et ne pas avoir peur d’aller vers l’inconnu. Surtout quand on est jeune, c’est selon moi la meilleure période pour se lancer !

 

L’équipe Visidiet remercie Alice Le Brigant pour le temps qu’elle nous a accordé lors de cette interview. Nous vous invitons à consulter son site internet, diététicienne à Fontaine-le-Comte, et à la contacter au 05.32.11.15.10 pour plus d’informations. Pour échanger avec nous, ou nous faire part de votre expérience, n’hésitez pas à nous contacter par formulaire via notre plateforme.

Rejoindre le réseau Visidiet

Autres publications...